1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Score 0.00 (0 Votes)

fromage mpk 01 p5301817Une jolie découverte que ce site internet qui rassemble informations sur les appellations fromagères, dossiers thématiques et recettes.

Et comme vous le savez maintenant, lorsque j’écris des article ou des recettes, j’aime bien aller au fond des choses et vous parler soit des traditions et histoires culinaires, soit des produits ou des techniques. Là, quiveutdufromage.com complète à merveille les différents livres que j’ai à la maison.

Je me suis donc baladée sur le site et premier réflexe, aller vers les fromages de ma région d’enfance : le Beaufort et le Reblochon. Et j’ai relu avec plaisir l’histoire de l’origine du Reblochon. Reblochon vient du mot « reblocher » cad traire une seconde fois. Car à l’époque les fermiers étaient taxés par les propriétaires des alpages sur le volume de lait produit par les vaches. Ils fraudaient en stoppant la traite avant la fin et une fois le contrôleur parti, finissaient la traite, obtenant par la même occasion un lait très gras. De ce lait ils fabriquaient des fromages et ainsi est né le Reblochon, avec une texture très crémeuse due au lait gras.

J’ai ensuite navigué dans les fiches des 400 fromages de référence pour rechercher ceux déjà utilisés dans mes précédentes recettes car j’ai cuisiné pas mal de fromage ces derniers temps : Bresse bleu dans une crème de chou-fleur, Fourme d’Ambert en madeleines à l’apéro, Ricotta en tarte soleil aux épinards, Neufchâtel en bouchées apéro, Parmesan en verrines avec des courgettes au cumin, Chèvre en samoussas avec du concombre poêlé, Saint Môret en dessert, la seconde recette qui m’a permis de remporter le concours du CNIEL, l’interprofession des produits laitiers…

Et mon chouchou de la semaine, le brebis Etorki. Je ne savais pas que ce 100% brebis est un jeunot (il date de 1979) ni que le lait de brebis est deux fois plus riche en protéines que le lait de vache.
Dégusté seul, que c’est bon. Je l’ai cuisiné dans une quiche avec une pâte à tarte au quinoa et des petits pois. Un peu de rondeur avec le brebis balance ce fond de tarte au quinoa qui a du caractère. Et mon dernier régal tout simple. Des brocolis encore croquants passés au beurre à la poêle, de la fleur de sel et de l’Etorki fondant sur le légume encore chaud (recette à venir). Comme quoi le bonheur n’est pas compliqué.

Autre intérêt du site la newsletter (pardon la cheeseletter, c’est mignon ça) ciblée et les dossiers thématiques fréquents traitant de l’authenticité et la tradition fromagère, des nouveaux usages et des questions de santé, les 3 grands thèmes chers aux consommateurs. Secrets, découvertes de savoir-faire et de terroirs, informations nutritionnelles… Comme ce chouette article pour savoir comment lire les étiquettes nutritionnelles des fromages.

Car le fromage entre désormais dans la cuisine de tous les jours au-delà du service au plateau ou du simple Emmental râpé dans les quiches ou sur les pâtes, offrant d’infinies créations culinaires possibles. Et ce même dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée.

Et si ma prochaine expression étudiée était « En faire tout un fromage » ? 

FromageDECOUVERTE du site internet Qui veut du fromageDECOUVERTE du site internet Qui veut du fromageDECOUVERTE du site internet Qui veut du fromage

 

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire trouvé